Skip to content

Digital storytelling, révolution en marche

22 août 2011

Lecture, ou plutôt visionnage du jour, je vous propose quelques notes prises à l’écoute de cette conférence des Cross Vidéo Days: L’écriture numérique, révolution en marche (Session 3 – 15 juin 2011).

Le storytelling à l’ère digitale tire parti de la dimension interactive du web : on laisse aux internautes un espace pour commenter le contenu et on les implique à différents degrés dans la création de l’histoire. Par ailleurs, on multiplie les plateformes et les terminaux de diffusion, ce qui entraîne une délinéarisation de la narration et une multiplication des scénarios de navigation.

Marta Gomes (BeActive) nous parle d’un projet mené au Portugal, nommé Le journal de Sofia. Le public y a joué un rôle tout au long de la création de l’histoire, via des sondages notamment. En termes d’organisation, le scénario initial a été écrit avec certaines phases prévues pour être discutées et affinées avec l’audience.

Les supports choisis ont exigé des modes d’expression et formats adaptés : 10 minutes d’épisode télé, 5 minutes d’épisode web et 2 à 3 minutes d’épisode mobile, le tout selon le temps d’attention présumé de l’audience.


Alexander Knetig (Arte) raconte son expérience de la web-fiction Addicts : une enquête autour d’un casse à Bordeaux, à la suite duquel un enfant disparaît. Cette histoire a pris la forme d’une web série de 80 petits épisodes diffusés sur une période de un mois. Les acteurs ont été recrutés sur les lieux du tournage, parmi un public d’amateurs pour générer de la participation en ligne.

Il y a eu une forte fragmentation de la narration sur ce projet. Autour de la diffusion web des épisodes sont nés plusieurs sites en relation avec l’histoire. Alexander Knetig parle notamment d’un personnage de l’histoire, une voyante, pour laquelle a été créé un site de voyance façon années 90. Dans ces supports sur-mesure, les internautes pouvaient trouver des indices et avancer par eux-même dans l’enquête.

Sandrine Girbal (Happy Fannie) parle de Fanfan 2, une fiction littéraire interactive, et de Faits Divers Paranormaux, une série multiplateformes. Dans le cadre de ces projets dit-elle, les community managers sont « amenés à incarner des personnages de fiction comme dans un jeu de rôles, et à interagir avec le public », d’où l’importance du travail de l’équipe en étroite collaboration avec les auteurs. Dans le cas le Fanfan 2, l’auteur lui-même ( Alexandre Jardin ) a joué le jeu de l’échange avec les internautes via des profils de personnages créés sur Facebook et Twitter.

Chez Happy Fannie, les projets transmédia sont conçus en partenariat avec des game designers, des experts dans l’art de construire des mécaniques ludiques et de prévoir les possibilités d’interaction. Sur Faits Divers Paranormaux par exemple, l’équipe a proposé aux internautes de produire eux-même des textes et des photos dans le ton de la série. Ce projet notamment est allé loin dans l’interactivité, puisqu’il s’est achevé avec un Alternate Reality Game, une sorte de jeu de rôles grandeur nature en plein Paris.

Arnaud Dressen (Honky Tonk Films) parle de son expérience sur le web-documentaire Voyage au bout du charbon. La problématique de cette œuvre ? « Mettre l’internaute au centre du récit ». En mettant le public en position d’enquêteur, on l’implique dans le déroulement du scénario.

Toute la subtilité de cette écriture réside dans la nécessité de prévoir de multiples scénarios de navigation. Certains internautes souhaitent passer quelques minutes dans l’univers du web-doc, tandis que d’autres veulent approfondir la question. L’un des challenges du digital storytelling consiste à personnaliser le temps de visionnage.

Et vous, que retenez-vous de cette conférence ? http://www.crossvideodays.com/

From → Arts et pub, Lectures

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s